Cartes Musicales – Manifeste pour l'(in)utilité de la danse

Manifeste pour l'(in)utilité de la danse – Cartes Musicales – TOFU 114 – 8 euros

TELECHARGEMENT LIBRE / FREE DOWNLOAD

 

10 cartes musicales faisant collaborer illustrateurs et musiciens.

Sur une idée originale de Mihaela Trifa qui a également écrit le manifeste, sélectionné musiciens, illustrateurs et coordonné le projet.

Illustrations de NicoPêche, Ivlan Martin, Jean TroncPète, Marion Chombart de Lauwe, Julie Cronier, Goulven, Pierre Sauvage, Mehdi Beneitez, Agnès Dubart, François Henninger.

Manifeste pour l'(in)utilité de la danse

Pourquoi danser nous pend au nez sans que nous arrivions à nous en saisir véritablement ?
Croyons-nous que la danse soit uniquement un moyen de séduire,
de se mouvoir les orifices sans autre but que celui de monter sur le podium de la beauté aliénée ?
Pensons-nous qu’il s’agisse d’un jeu spectaculaire qui de surcroît peut nous rendre ridicules
si nous ne maîtrisons pas le rythme convenu par la majorité ?
N’osons-nous pas danser par crainte d’être jugés,
par peur d’être vus comme simples objets sexuellement déchaînés ?
Avons-nous donc honte de nous prêter à ces bassesses,
à cette chose prosaïque qui ne nous vaut pas ?

Nous avons tort, car :
En quoi est-il prohibé de croire à la danse comme manière de partir, de trembler,
d’enrager, de suer avec, de serrer dans nos bras, de laisser libre cours à… ?
En quoi nous est-il difficile d’imaginer que la danse dans son (in)utilité, puisse être essentielle
aux retrouvailles de soi et de l’autre ?

Soyons arythmiques, ridicules, séducteurs par inadvertance s’il le faut.
Mais soyons danseuses et danseurs.
Dansons comme une guerre.
Et que la vie qui vit, vive !

NicoPêche

Ivlan Martin

Jean TroncPète

Marion Chombart de Lauwe

Julie Cronier

Goulven

Pierre Sauvage

Mehdi Beneitez

Agnès Dubart

François Henninger

les cartes sont rechargeables par le petit embout mini usb.
il faut prévoir bien 2-3 heures de recharge.
pour épargner le petit capteur lumière, il est préférable de mettre le petit interrupteur sur off, c’est à dire vers le bas.